Test jeu video: The Banner Saga

The banner Saga_Onatestepourtoi

Salut à toi Homo Sapiens ! Alors, comment ça va ? De mon côté ça va puisque j’ai pris le temps de découvrir quelques jeux dernièrement. Celui qu’on a testé pour toi aujourd’hui s’appelle The Banner Saga et c’est ce que l’on appelle un tactical-RPG, c’est-à-dire un jeu de rôle tactique.

Mais avant de rentrer dans les spécificités du gameplay, quelques infos sur la conception.

The Banner Saga a été financé via kickstarter et développé par le studio Stoic, fondé par 3 anciens de la maison Bioware que tu connais peut-être grâces aux fameuses séries Mass Effect ou Dragon Age. Mais ici, pas de graphismes 3D immersifs, pas de vue à la 3ème personne. The Banner Saga se joue plutôt comme si l’on feuilletait un roman de fantasy, entrecoupé de parties d’échec féeriques. Sache qu’il est disponible sur PC, Mac et même Android pour une version allégée sur téléphones et tablettes.

L’histoire se déroule dans un monde nordique et froid qui rencontre deux problèmes. Le premier, c’est que le soleil s’est figé dans le ciel, un mystère qui inquiète beaucoup les protagonistes. Le second, c’est le retour des dredges, sortes de monstres en pierre qui après des années d’absence refont surface pour piller des villages et massacrer leurs habitants. C’est dans ce contexte que nous allons suivre deux caravanes. Une caravane est composée majoritairement de varls, des guerriers géants et cornus à la longévité incroyable qui remonte vers leur capitale du nord accompagnés de Ludin, le futur roi humain afin de finaliser une alliance. L’autre caravane dirigée par Rook fuyant les contrées orientales devant une armée dredge ayant pillé leur village, qui est composée d’humains.

Au cours de la progression de l’histoire nous alternons entre l’une et l’autre, les deux groupes évoluant en parallèle. Bien qu’alliés, les relations entre humains et varls sont compliqués. Ces derniers considèrent les humains comme de faibles créatures impulsives et ont tendance à faire preuve de mépris envers eux. Ce point est important car il nous faudra régulièrement prendre des décisions qui auront des conséquences politiques pour l’alliance.

BannerSaga2_onatestepourtoi

Le gameplay est un cycle de 4 phases de jeu :

  • Les dialogues :

 

Les dialogues entre protagonistes sont des moments essentiels dans le déroulement de l’histoire. C’est généralement là qu’on en apprend plus sur les héros, les évènements passés ou les lieux traversés. C’est également lors de ces dialogues que l’on va pouvoir faire certains choix qui influeront la suite de l’aventure : faut-il sacrifier un héros pour retenir une armée ennemie et permettre à la caravane de fuir, ou plutôt affronter tous ensemble la menace quitte à perdre beaucoup en cas de défaite ? C’est le genre de dilemme auquel il faudra faire face. Remarque importante, les dialogues sont uniquement en anglais. Si tu ne maitrises pas la langue de Shakespeare, toute la finesse du scénario risque de t’échapper, ce qui diminue fortement l’intérêt de jouer à ce titre.

  • La progression de la caravane :

La progression de la caravane se fait de façon automatique. Lors de ces séquences, il faudra planifier quelques arrêts pour permettre aux héros de se reposer, mais attention à la consommation des vivres qui s’avère cruciale lors des longues marches dans le grand nord. L’avancée sera également dérangée par des évènements ou l’on devra prendre des décisions. Faut-il accepter que ce petit groupe de chasseurs intègre notre caravane ? Sont-ils dignes de confiance et seront-ils aptes à combattre les dredges ou ne seront-ils que de nouvelles bouches à nourrir ? On pourra par ailleurs profiter de ces moments pour apprécier les paysages, dont les dessins sont inspirés par le travail d’Eyvind Earle, dessinateur américain qui a notamment travaillé pour les studios Disney. Un personnage du jeu porte d’ailleurs son nom en hommage.

gameplay_bannersaga_onatestepourtoi

  • Les repos dans des camps ou villages :

 

La caravane devra parfois s’arrêter et dresser un camp. Cela nous permettra de passer en revue nos héros pour les préparer au combat : améliorer une caractéristique, leur attribuer des objets magiques ou simplement leur permettre de se reposer en cas de blessure. Il te faudra pour cela dépenser des points de renom durement acquis sur le champ de bataille. Chaque amélioration de héros coute du renom et libère 2 points de capacité à distribuer entre sa puissance, son armure, sa volonté, sa capacité de déplacement ou sa perforation d’armure (voir la phase de combat). Attention toutefois à ne pas dépenser tous tes points de renom car ils servent également à acheter de vivres indispensables à la survie de la caravane.

  • Les combats :

 

Lors de ce périple, on va également rencontrer des groupes de dredges prêt à en découdre. Le combat se déroule alors en tour par tour sur un échiquier qui nous rappelle les classiques du genre tactical-RPG. S’il est facile de comprendre le fonctionnement des combats grâce à un didacticiel en début de partie, maitriser toute la technicité demandera un peu d’expérience. Pour faire simple, chaque personnage ami ou ennemi possède 2 barres : l’une d’armure et l’autre de puissance. Mais attention car la barre de puissance correspond aussi à la vie du héros. La force d’une attaque est égale à la puissance du personnage diminué de la valeur de l’armure adverse. Il faudra donc opter à chaque tour entre affaiblir l’armure de l’ennemi pour permettre des attaques plus ravageuses plus tard ou le blesser petit à petit. Ajoutez à tout ça la gestion des points de volonté propres à chaque héros qui lui permettront de booster ses déplacements ou sa puissance, mais qui ne peuvent être renouvelés qu’à chaque amélioration du héros

Tu l’auras compris, la maitrise des phases de combat n’est pas évidente. Mais rassure-toi : il existe 3 niveaux de difficultés que tu peux modifier à tout moment.

Quelques remarques pour finir : si tu es intéressé par les phases de combat mais moins par l’histoire et l’univers du jeu, Stoic a également sorti une version entièrement gratuite centrée uniquement sur les combats en multijoueur : The Banner Saga Factions disponible sur PC et Android.

Combat_onatestepourtoi

D’autre part, sache que tous les mystères ne seront pas résolus à la fin de ce jeu car les développeurs ont prévu d’en faire une trilogie. Nous verrons donc si les 2 prochains titres verront le jour dans les mois à venir. Tu peux compter environ 15h de jeu pour finir ce premier opus.

En bref, The Banner Saga n’est pas à mettre entre toutes les mains.

Si tu es accro à l’action explosive type CoD ou à l’intense liberté de GTA, passe ton chemin. Si par contre tu apprécies le rythme plus lent du tour par tour, la qualité de l’écriture du scénario et l’originalité dans les graphismes, bienvenu dans le grand Nord.

Pour ma part j’ai beaucoup apprécié ce jeu alors si tu hésites encore à l’acheter ou si tu veux partager ton expérience dans The Banner Saga, laisse-nous un commentaire !

Sapiens cool

Ben

Un Sapiens sachant tester doit savoir tester sans son chien... Ca tombe bien, je n'ai pas de chien de toute façon. Bienvenue sur OATPT cher lecteur. Je me présente : Ben, 26 ans testeur de jeux-vidéo, livres ou voyages. Mon rêve après amener la paix dans le monde serait de convaincre mes collègues Sapiens d'ouvrir une section "bières du monde" sur ce blog. En attendant, j'espère que nos tests te seront utiles!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *