Avis série : Homeland

Salut à toi l’homo Sapiens ! Alors comment ça va ? De mon coté je profite du froid hivernal pour commencer de nouvelles séries. Etant donné que j’ai dévoré The Magicians en quelques jours, je suis retourné sur Netflix voir ce que je pouvais commencer avec ma chérie. On avait entendu parlé de la série Homeland mais uniquement avec des « cette série est géniale » ou des « à voir absolument ». Ok mais bon du coup on ne sait pas du tout à quoi s’attendre. Mais on a décidé, intrépides que nous sommes, de se lancer à l’aveuglette dans cette série.

Homeland, ça parle de quoi ? En gros tu te retrouve directement au cœur de la lutte anti-terroriste de la CIA aux Etats Unis. Et dès la première scène, le ton est donné. Carrie Mathison, une jolie petite blondinette agent des services de renseignements de la CIA, se retrouve sur le terrain au moyen Orient à glaner une information qui va la travailler pendant 8 ans. En effet elle apprend qu’un Marine Américain a été détourné et travaillerait pour Al Quaïda. Et ce n’est que 8 ans plus tard que ce renseignement refait surface, lorsque lors d’un raid des forces militaires américaines, un Sergent porté disparu est retrouvé dans une prison des terroristes.

Le Sergent Brody revient sur le sol Américain avec un bagage derrière lui. Est-ce seulement le choc post traumatique de 8 années de captivité et de tortures ? C’est la question que va chercher à élucider Carrie Mathison, convaincu que sous ses airs de héros national, le Marine est en fait un infiltré pour le compte de l’un des terroristes les plus recherchés du moment : Abou Nazir.  Celui là même qui refait surface quelques jours seulement après le retour du sergent Brody.

C’est un vrai thriller psychologique qui se met en place. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la série ne manque pas de rebondissement. On y découvre la vie des agents de la CIA, qui doivent systématiquement jongler entre leur travail très prenant, et leurs vies personnelles bien souvent chaotiques. Mais on y voit également des images gênantes de la vie d’un prisonnier d’Al Quaïda, des magouilles politiques entre des puissants diplomates immunisés contre toute poursuite et les grands noms du terrorisme.

En toute honnêteté je n’avais pas forcément d’attentes vis à vis de cette série, mais il est vrai qu’une fois commencée, tu as du mal à t’en détacher. L’intrigue est constante et les rebondissements sont nombreux. Le personnage principal, Carrie Mathison, est très prenant. En effet, tu as beaucoup de mal à savoir ce qu’elle pense car elle est bipolaire. Tantôt remontée comme une pendule, tantôt complètement paumée, elle est à la fois très dure et sûre d’elle et dégage une fragilité déconcertante pour son personnage. Ses relations à ses collègues, sa famille et même au sergent Brody sont terriblement complexes et à plusieurs reprises tu risques de te demander quelle route elle est en train de suivre.

En face d’elle, le sergent Brody semble complètement déshumanisé dans un premier temps, puis torturé de souvenir dans un second temps et presque agréable dans un troisième temps. Une belle performance d’acteur pour un rôle extrêmement travaillé. Jusqu’au bout tu vas te demander à quelle cause il est rallié, pour quelles valeurs il se bat.

Bref, Homeland, c’est vraiment le moyen de te tenir en haleine jusqu’au bout et contrairement à d’autres séries, je n’y ai pas trouvé de longueurs pour le moment. Bon j’en suis à une bonne dizaine d’épisode de la saison 1 donc il y a moyen qu’on se retrouve dans quelques temps à se dire « série qui essouffle » comme ça peut arriver. On n’est pas sans se rappeler Prison Break qui avait fait un bruit monstrueux lors de la diffusion de la saison 1, qui avait fini dans les toilettes pour la saison 2 jusqu’aux égouts dans les saisons suivantes. Désolé pour cette image peu glorieuse mais c’est l’une des plus grosses déceptions dans l’histoire des séries que j’ai regardé.

Pour le moment donc, je ne peux que te conseiller mon bon Sapiens, de coller tes fesses sur le canapé et de te passer la première saison d’Homeland. Tu risques de passer un bon moment et au pire ça te donnera de quoi patienté jusqu’à la sortie des prochains Game of Thrones ou autre série que tu suis.

[table id=121 /]

 

Amo

Sapiens qui roule n'amasse pas mousse... Mais je suis pas contre une petite mousse par contre ! Bienvenue sur OATPT l'ami, moi c'est Amo, 26 ans et toutes mes dents. Je teste un peu de tout, tant que ça me fait marrer, inutile de te dire que je ne testerai pas de bouffer les épinards aux oeufs dur de la cantine à nouveau...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *