Avis voyage : Visite de la Guyane [Guest Sapiens]

Salut à toi petit Sapiens, la forme ? Le retour au bureau a été dur ? Je te comprends, pour moi aussi ! On dit souvent que la meilleure façon de faire passer ce moment difficile c’est de planifier ses prochaines vacances. Ça tombe bien, j’ai exactement ce qu’il te faut ! Je rentre de 3 semaines en Guyane et je peux te dire, mon petit Sapiens, que ça décoiffait ! Alors, attache ta ceinture, je vais tout te raconter et avec un peu de chance tu auras ta prochaine destination !! (© Expressions ringardes sur ces dernières phrases !)

Vu que tes cours d’histoire/géo doivent être aussi loin que les miens, je vais commencer par te faire un petit topo rapide sur la Guyane. Pour commencer, plaçons-la sur une carte :

Les colons français se sont installés en Guyane à partir du milieu du XVIème, début de XVIIème siècle. La France y avait installé plusieurs bagnes et utilisait ce département pour éloigner les vilains malfrats qu’elle ne voulait pas en métropole.  C’est aujourd’hui un département d’outre-mer dans lequel on retrouve la base spatiale de Kourou (là d’où partent toutes nos fusées et nos satellites et même ceux d’autres pays).
Plusieurs ethnies se côtoient en Guyane, notamment, amérindiens, créoles, noirs-marrons (pour beaucoup venus du Suriname), asiatiques (laotiens surtout) et métropolitains. Cette diversité se retrouve dans les langues parlées mais également dans la gastronomie.
La Guyane a un climat équatorial humide, ce qui signifie qu’il fait chaud (autour des 30°-35°C en saison sèche) et que c’est très humide (ben tiens !). Il y a une saison des pluies, de décembre à Juillet et une saison sèche, le reste de l’année.



Maintenant que tu as les bases, abordons les points pratiques du voyage.
La Guyane étant un département français, tu n’as pas besoin de visa pour t’y rendre. Cependant, il est obligatoire d’aller se faire vacciner contre la fièvre jaune minimum 15 jours avant ton départ. Ton carnet de vaccination sera contrôlé à l’aéroport et si tu ne l’as pas, bye bye les vacances !
Les autorités sanitaires te recommanderont également de te faire vacciner contre l’hépatite A et même éventuellement la fièvre typhoïde. Ils insisteront également pour que tu achètes un traitement contre le palu. Pour ma part, je me suis limitée aux vaccins contre la fièvre jaune et l’hépatite A et si j’ai bien acheté le traitement contre le palu, je l’ai donné à un dispensaire en arrivant plutôt que de le prendre. A moins d’aller camper un mois au milieu de la jungle, il y a peu de chance que tu attrapes le palu.
Attention, les vaccins et les traitements ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale. Pense à demander à ta mutuelle, certaines te remboursent. Côté budget, il te faudra compter une grosse centaine d’euros.

Comme la Guyane est toujours la France, tes euros feront parfaitement l’affaire. Pense cependant à retirer du liquide car il y a peu d’endroits équipés d’un terminal carte bancaire.

Bien que tu puisses techniquement partir avec seulement ta carte d’identité, je te conseille tout de même de prendre ton passeport. En effet, depuis la Guyane, il est aisé et peu cher de partir passer un petit week-end au Suriname. Cela serait dommage de passer à côté pour une bête histoire de passeport !

L’eau du robinet est potable en Guyane mais tu constateras qu’elle a parfois un fort goût de chlore. Bonne dégustation d’eau de piscine !

Si tu as l’intention de te déplacer en Guyane, il te faudra certainement louer une voiture car les bus sont quasiment inexistants (il existe un bus qui fait quotidiennement le trajet entre Cayenne et Saint-Laurent-du- Maroni via Kourou). Tu seras certainement amené à te déplacer en pirogue également.

Le décalage horaire est de -5h vs la France : quand il est midi en France, il est 7h du matin en Guyane.

Enfin, et ce n’est pas la moindre des informations, il faut savoir que les moustiques guyanais sont de vraies petites sal*peries, il faut donc absolument que tu te munisses d’anti-moustiques. Je te conseille de prendre un produit plutôt fort, spécial « zones infestées ». N’hésite pas à emmener également des vêtements légers et amples mais couvrants (manches longues et pantalons longs).

Bon ça y est petit Sapiens, tu es vacciné et prêt à partir ? Let’s go !

Pour te donner quelques éléments de contexte, sache que je partais voir des amis. Je n’aurai donc aucune information utile concernant les locations d’appartements mais pour y avoir jeté un œil rapide, airBnB est actif en Guyane. En outre, tu peux effectuer l’intégralité de ton voyage en dormant uniquement en carbet. Ce sont des abris de bois typiques des cultures amérindiennes dans lesquels tu attaches des hamacs pour dormir. On trouve deux types de carbets : les communaux qui sont gratuits mais généralement sans aucune installation (pas de WC, pas de douche…) et les carbets « privés » qui sont détenus par des particuliers qui te facturent la nuit (entre 10 et 20€/nuit) mais qui sont généralement équipés de sanitaires et d’électricité. Tu découvriras qu’on dort plutôt bien en hamac mais pense à emmener masque et boules quiès si tu as le sommeil léger ainsi qu’une moustiquaire pour te protéger des moustiques ou autres joyeusetés (abeilles, mygales…).
Vu que la Guyane est un immense pays et que tu ne vas pas continuer à me lire pendant deux heures, je vais essayer de te faire un topo rapide des zones que j’ai visitées en commençant par l’est et en remontant jusqu’à l’ouest.

  • Le Marais de Kaw :

Le marais fait partie de la réserve naturelle de Guyane. Pour le visiter, le plus simple est de passer par des sociétés type tour operator (ex : Jal Voyages) qui te proposeront différentes formules allant de quelques heures jusqu’à une journée complète avec nuit sur un lodge flottant. Ici, en te déplaçant en pirogue, tu pourras découvrir divers animaux dans leur milieu naturel : oiseaux en tous genres, singes, caïmans, moults poissons… Tu iras également visiter le village amérindien de Kaw.

  1. Cayenne et les environs :

A Cayenne tu trouveras des traces de l’histoire de la Guyane comme le bagne ou encore le fort Cépéou. En allant à Rémire-Montjoly, juste à côté, tu pourras profiter de la plage.
Attention petit Sapiens, je t’arrête tout de suite. Si ton objectif est de profiter de plages de sable blanc avec une eau turquoise, la Guyane n’est pas faite pour toi. La mer est plutôt marron (à cause des nombreux fleuves qui se jettent dans cette zone et des courants) et les plages sont artificielles. Du coup, oublie le snorkeling et autres activités similaires. Par contre, si tu y vas à la bonne période et si tu as le courage de mettre ton réveil à 3h du matin, tu pourras aller assister à des émergences sur la plage (c’est le moment où les œufs pondus par les tortues éclosent et où les bébés tortues tentent de rejoindre la mer le plus rapidement possible sans se faire dévorer par des oiseaux ou des varans – allez, avoue que toi aussi tu regardes les reportages ARTE le dimanche avec la gueule de bois !)

  1. Kourou et les îles du salut :

Si tu continues à remonter vers l’ouest, tu arriveras à Kourou. Célèbre grâce au centre spatial (que tu peux d’ailleurs visiter), la ville ne présente rien d’extraordinaire pour être honnête. Cependant, tu pourras réserver un bateau pour aller visiter les îles du Salut. Originairement baptisées ainsi par les colons qui s’y étaient réfugiés afin d’échapper aux maladies du continent, elles ont ensuite accueilli un bagne et notamment Dreyfus. La plus aisée à visiter est l’île royale. Tu peux en faire le tour à pied en une petite heure. Tu pourras y observer les anciens bâtiments du bagne mais également de nombreux animaux qui vivent en liberté tels que des agoutis ou des singes. Tu pourras également profiter des criques aménagées par les bagnards pour te baigner dans l’eau bleu-vert. Attention à ne pas trop t’éloigner car les îles sont entourées de forts courants marins et de requins. (Non, on ne va pas toucher la bouée !)

  1. Saint-Laurent-du-Maroni

A la frontière avec le Suriname, sur le fleuve Maroni, se dresse la ville de Saint-Laurent. Comme beaucoup en Guyane, elle a été construite pour accueillir le bagne, que tu peux visiter. Si tu as l’occasion d’y passer un jour de marché (mercredi ou samedi), je te conseille d’aller boire un jus de fruits frais et d’aller manger une soupe Hmong ou un « rôti ».
Si tu as le temps d’aller faire un tour au Suriname, sache que tu peux aller prendre une pirogue au bord du fleuve pour traverser et que cela te coûtera la modique somme de 3€.

  1. Les chutes voltaire

Si tu es un peu téméraire petit Sapiens et que tu as trop regardé Fast and Furious, tu vas adorer te rendre aux chutes Voltaire. Après 70km faits sur piste, un barrage de gendarmerie et un passage devant un camp d’orpailleurs, tu arriveras au camp Voltaire. Une fois là-bas, il ne te restera plus qu’à crapahuter 1h dans la jungle pour arriver au carbet et pouvoir profiter des chutes. Pas d’électricité donc prévois des frontales ou des bougies ainsi qu’un briquet pour pouvoir allumer un feu. L’eau est fraîche et claire et c’est un vrai plaisir de s’y baigner.

Je ne peux pas te faire une liste exhaustive de toutes les choses à faire en Guyane, mais tu trouveras ci-dessous certaines choses que j’ai faites (presque toutes) et qui valaient le détour :

  • Aller déjeuner dans un village amérindien pour goûter les spécialités locales comme l’agouti ou le cochon bois
  • Se rendre au village Hmong de Javouhey pour y déguster un bon repas
  • Aller se perdre dans la montagne des singes à proximité de Kourou
  • Aller faire de la pirogue à petit Saut afin d’admirer la faune et la flore
  • Aller passer un week-end à Paramaribo, capitale du Suriname, pour aller voir les dauphins d’eau douce dans l’embouchure du fleuve Suriname…

Et voilà mon petit Sapiens, j’espère que j’aurais su éveiller ton intérêt sinon ta curiosité pour ce merveilleux endroit qu’est la Guyane. Que tu sois passionné par les animaux, les arbres ou que tu cherches simplement une destination qui te permettra d’être dépaysé, n’hésite pas.

Ségo

Salut les Sapiens, moi c’est Ségo. Je suis jeune (si si encore un peu), dynamique et certainement plus chiante que la plus chiante de tes copines ! Autant te dire que ça fait de moi une testeuse intraitable. Le Pierre Martinet du test en somme – sadness - ! Je te promets d’essayer de porter un œil objectif sur ce que je testerai et de limiter les vannes pourries ! Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *