Avis Insatiable : La série sans aucun intérêt

Salut à toi l’homo Sapiens! Alors, tu t’ennuies ? De notre coté on poursuit nos tests sur Netflix et comme d’habitude on se tient informé des dernières sorties qui font le buzz. Du coup forcément on a pas pu passer à coté de la nouvelle série du moment : Insatiable. On a donc décidé de regarder la première saison et de t’en faire un petit récap.

Je vais pas ménager le suspense, de toute façon tu l’as lu dans le titre, Insatiable c’est sans doute l’une des pires séries que j’ai regardé ces dernières années. Si tu te rappelles, j’avais pas aimé Black Mirror mais c’est le style de la série qui m’avais dérangé mais avec du fond et je comprends très bien que certaines personnes puissent être attirées par ce genre de série là. Bon je te donne la bande annonce histoire que tu regardes par toi même un peu de contenu de la série Insatiable.

Non, cette fois, c’est le vrai coup de gueule, je te le dis, j’suis bien r’monté là. Alors avant de pondre une pâle copie d’articles que tu aurais déjà trouvé sur les gros du net, saches que je ne vais même pas m’attarder sur le fond de l’histoire d’Insatiable, l’apologie de la minceur, la grossophobie  ou autres polémiques du même genre, ça ne m’intéresse que très peu car pour moi ça vient au second plan et que les producteurs pourront toujours se défendre d’avoir voulu pointer du doigt ce phénomène en utilisant l’absurde. Bref ce coté là je m’en tamponne comme de mon premier slip et avant que tu m’accuses moi même d’être grossophobe, laisse moi t’expliquer pourquoi.

La série Insatiable a été présentée comme une série satirique, décalée et cynique, à partir de là c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres, comme utiliser l’expression “porte ouverte à toutes les fenêtres” par exemple. Les producteurs peuvent décider ainsi de traiter n’importe quel sujet avec pour bouclier : c’est décalée donc ça va.  Bref c’est leur choix, ils se prennent le retour du boomerang dans la tronche, tant pis pour eux.

Non, moi ce qui me fascine et me fait vriller, c’est surtout la campagne de communication pour une série qui est juste horrible à regarder. On s’ennuie du début jusqu’à la fin, durant les 12 épisodes de cette première saison. Insatiable est une série amusante ? Décalée sans aucun doute, pourtant je n’ai jamais esquissé un sourire malgré les nombreuses tentatives de situations burlesques. Les mésaventures de Patty, interprétée par Debby Ryan que tu connais déjà si tu regardais Disney Chanel il y a quelques temps, sont à la fois inintéressantes et complètement irréalistes.

Normal Amo, c’est une série décalée.

Et alors ? Une série décalée ça veut dire créer des extra-terrestre ? Patty était obèse, boulimique, mal dans sa peau, timide. Elle se prend une droite dans la mâchoire, perd 20 kilos et du coup devient mince, sûre d’elle, hyper sexualisée et à moitié psychopathe ? Non mais dans quel monde ça arrive ça ? Quelle image c’est sensé renvoyer de l’être humain ? Seuls les gens mal dans leur peau font preuve d’humanité ? Dès que tu vaincs ton complexe tu deviens un robot assoiffé de revanche pour détruire tous ceux qui t’ont fait du mal?

A partir de là mon bon Sapiens, Insatiable devient du grand n’importe quoi, on dirait un mélange de clichés et de sujets d’actualités absolument pas travaillés et balancés sur le petit écran pour faire réagir. Problème de poids, femme objet, harcèlement scolaire, homosexualité, tromperies, absentéisme parental, alcoolisme, drogue… On est quasiment à Wisteria Lane là, sans les rebondissements de Desperate Housewife.

Non, Insatiable nous sert un sujet sans fond, une série d’épisodes plus ennuyeux les uns que les autres, avec des personnages certes hauts en couleur mais plus clichés et ratés les uns que les autres. Cette série fait déjà du bruit, mais pas pour les bonnes raisons, Netflix nous avait habitué à mieux. Les histoires de teenagers américains, il y en a des bien plus travaillées qui méritent le coup d’œil, mais pas Insatiable, ne perd pas ton temps avec cette série mon bon Sapiens elle n’en vaut vraiment pas la peine.

 

Amo

Sapiens qui roule n'amasse pas mousse... Mais je suis pas contre une petite mousse par contre ! Bienvenue sur OATPT l'ami, moi c'est Amo, bientôt 10 piges que j'ai plus 20 ans, mais encore toutes mes dents. Testeur sans vergogne mon but c'est de te donner un avis objectif sur les choses que je teste.

2 réponses

  1. Laetitia dit :

    Complètement d’accord avec toi dans cet article !
    Je me suis ennuyée à mourir en regardant cette série ! Les situations se veulent “comiques” en dénonçant le “mal-être” d’une ado “différente”
    Bref, aucun intérêt, même pas pour la curiosité !

  2. Bocognano dit :

    Alors comme ça, on se prend pour un critique de série ? On se croit tout permis parce que les Sapiens sont décalés ;).
    On sent l’agacement dans ton article et comme je fais confiance à mon bon Sapiens de frérot, je ne regarderai pas cette série. Merci de l’avoir fait pour nous. Ça nous a fait gagner quelques heures de notre vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer