Avis sur le film Kaamelott, Premier Volet

Tous les fans de la série l’attendaient depuis dix ans déjà. Avec une sortie repoussée à cause de la pandémie, c’est le 21 juillet dernier qu’est sorti Kaamelott, Premier Volet, avec un record d’entrées dès la première semaine dans les salles obscures ! Aux manettes, Alexandre Astier qui s’est occupé du projet (presque) de A à Z, de la musique au montage en passant par la réalisation. Le casting est étoffé pour ce premier film, avec de nouveaux noms comme Guillaume Gallienne, Clovis Cornillac et même le chanteur Sting qui interprète un chef saxon. Tous les ingrédients étaient réunis pour assurer le succès de ce premier volet !

À cette occasion, on est allés voir le film au cinéma pour te donner notre avis. Attention, l’article contient quelques spoilers !

Alexandre Astier Kaamelott, Premier Volet
Légende : Alexandre Astier revient interpréter le Roi Arthur dans ce premier volet

Un pari plutôt réussi

On peut dire qu’Alexandre Astier a voulu faire beaucoup de fan service dans le premier film de sa trilogie, et on ne peut pas le lui reprocher. Après une attente interminable, le réalisateur a voulu contenter les passionnés de la série devenue culte en venant titiller leur nostalgie des livres précédents. C’est ainsi qu’on retrouve la plupart des personnages qui ont fait le succès de Kaamelott : Perceval, Karadoc, Léodagan, Séli, Guenièvre, Merlin, Elias et tant d’autres encore ! Et c’est un vrai plaisir de les voir dans ce nouveau format, fidèles à eux-mêmes, ravissant ainsi les fans de longue date.

Pour les lieux de tournage, Alexandre Astier a décidé de mettre en scène le Château de Murol dans le Puy-de-Dôme. On aurait pu penser qu’avec le tournant des deux dernières saisons, il préférerait un lieu chargé en histoire comme Malte. En effet, l’île qui propose de nombreuses activités et excursions avait prêté ses paysages à la série Game of Thrones, mais le réalisateur français a préféré mettre sa région de cœur à l’honneur. Et c’est très plaisant de découvrir enfin le château de Kaamelott, dont on apercevait que des bribes dans la série. Voir évoluer les personnages au sein de paysages naturels est un vrai plaisir, même si les livres V et VI avaient déjà poussé les murs des studios de tournage pour tourner en plein air.

Chateau de Murol Kaamelott, Premier Volet
Légende : Le Château de Murol apparaît dans les décors du film

Enfin, on retrouve très bien la touche Astier, surtout dans les dialogues au rythme affuté qui provoque toujours autant de rires dans l’audience ! Arthur a certes changé, mais il est toujours assailli d’émotions contradictoires, de tourments internes. La nouvelle romance avec Guenièvre vient marquer un réel tournant dans l’histoire, qui promet ainsi une nette progression de la narration et de la suite des événements dans les prochains volets.

Quelques défauts malgré tout

Même si ce premier film ravira les fans de Kaamelott, on ne peut s’empêcher d’y voir quelques défauts ! Car malgré ce qu’Alexandre Astier affirmait, ce premier volet sera difficilement compréhensible par les spectateurs n’ayant jamais vu la série. En effet, la narration s’enchaîne très rapidement, avec beaucoup de blagues faisant référence à des épisodes précédents (on pense par exemple au « Mécréant” » que crie Bohort). On ne sait pas exactement quelles sont les relations entre les personnages et les novices seront rapidement perdus.

De plus, le montage est particulièrement bâclé et tout arrive extrêmement vite : on aurait aimé de vraies retrouvailles entre Arthur et Léodagan ou encore une romance avec Guenièvre qui est davantage travaillée en amont (car on ne comprend pas vraiment pourquoi Arthur se met à avoir des sentiments pour la Reine). L’enchaînement des scènes, les flashbacks et les différentes trames narratives sont parfois extrêmement frustrantes, surtout lorsque le Roi revient après dix ans d’absence et que cela n’a pas l’air de bouleverser grand monde (si ce n’est Bohort et Perceval). On se serait parfois attendus à quelque chose de plus épique, mêlé à des temps de contemplation pour pouvoir installer une réelle ambiance.

Enfin, Lancelot est particulièrement décevant, non seulement dans sa tenue qui est assez grotesque malgré la symbolique qu’elle revêt, mais également dans l’évolution de son personnage. Jouant l’antagoniste de l’histoire, il ne fait pourtant peur à personne, ce qui fait perdre tout l’enjeu de sa bataille avec Arthur.

Conclusion

Malgré tout, Alexandre Astier a réussi son pari : ravir les fans de la série et amorcer un premier volet qui donne envie de découvrir la suite ! Et vous ? Qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *